Gijinkas, antropomorphisme et animisme au japon

Publié le par Plumy

L’antopomorphisme est une pratique finalement courante chez les artistes : Peintre, poète, il n’en est pas un qui, à un moment ou à un autre, n’ait parlé d’un lieu ou d’un objet comme il aurait parlé d’une personne.

mucha 4 saison
Mucha, connu pour ses représentations des saisons. On peut les définir comme étant des Gijinka.

Mais il semblerait qu’au japon, la tendance soit encore plus appuyée, suite à la culture shintoiste qui prône l’animisme et insuffle en chaque chose l’esprit d’un kami. Il était courant par exemple au temps des samourais d’identifier un sabre comme une personne doté d’un caractère. La culture shinto met tout le monde sur pied d’égalité : Il n’existe pas d’esprit plus important qu’un autre, et le soleil ne peut prétendre à plus d’importance qu’un excrément, ce qui ramène directement à la logique des Gijinka expliquée plus bas.

De même, dans la culture folklorique, il existe tout une classe de yokai, les « Tsukumo gami », qui sont des yokais nés d’objets du quotidien qui se sont dotés d’une âme, même si la le processus est un peu différent puisque ces objets abandonnés deviennent yokai au bout de 1000 ans.
Le principe de l’animisme se reflète également parmi tous les animaux devenus yokai, comme le tanuki et son pouvoir de transformation, ou la fukuro, esprit de la chouette qui veille sur les humains.

Ces idées shintoistes sont anciennes et primaires et tiennent plus lieu d’un état d’esprit que d’une religion. Ces idées anciennes, imprégnées dans la culture japonaise, ressortent finalement sur Internet sous des aspects différents.

Les Os-tan

Origine selon wikipedia :

« On rapporte que le concept des OS-tans a commencé par la personnification d’une perception commune de Windows Me : instable et enclin à de fréquents plantages. Les discussions sur Futaba Channel amenèrent alors au stéréotype d’une fille agitée et pénible. Avec la création de Me-tan le 6 août 2003, la personnification s’est ensuite étendue à d’autres OS. »


 

Les pauvres ont tendance à être oubliées dans nos contrées, mais pourtant, elles sont tellement adorables ! Vétérantes parmi les anthropomorphismes sur Internet, les Os tan sont des personnifications de logiciels, et plus exactement de systèmes d’exploitations. Ces personnages sont dotés de caractéristiques en liens avec celle de l’OS qu’elles représentent, et il est communément admis que la taille de leur poitrine est proportionnelle à celle de leur ram, ou a leur interface graphique.

Le tan dans leur nom est une dérivation du suffixe japonais « chan » qui s’applique plus aux robots et aux mascottes.

Un article sur l’interface de Maxobiwan sur les Os tan : Lien

Transition : Les vocaloids

 

vocaloids.jpg

 

Bien qu’un peu différentes, les vocaloids sont la continuité direct des Os tan : Elles personnifient cette fois un logiciel, mais le principe de l’OS tan est conservé, notamment celui de l’objet fétiche : Les Os tan sont en effet souvent représentées avec un negi, legume japonais proche d’un poireau dans la main, suite à un jeu de mot sur le pare-feu japonais nommé NEGIES. Les Os-tan utilisent donc leur légumes comme protection ou arme. Systématiquement affublés d’un objet fétiche, les vocaloids disposants d’un légume semblent vraiment apparentées à cette origine.

Il est d’ailleurs amusant de noter que si Hatsune Miku est souvent la plus connue, les Os tan ont commencé bien longtemps avant elle :  Leon en 2004 fut suivi de Lola, Miriam, puis les connus Meiko et Kaito, et ensuite vinrent Sweet ann, Prima, Sonika… Que de noms qui ne doivent évoquer de personnages qu’aux addicts des vocaloids qui connaissent leur représentations. C’est Hatsune Miku et sa jolie jacquette qui ont véritablement lancé le mouvement vocaloid et ses dérivés utauloids tels que nous le connaissons aujourd’hui. Le même mouvement qui finalement a supplanté celui en place des Os tan.

Les Gijinkas :

Simple moyen de fanartiser plus facilement des animaux ou exercice de style ? Le terme Ginjika, apparut récemment, sont « la personnification de choses non humaines, comme un objet, un concept, un phénomène. Cela inclus les animaux, les logiciels, les philosophies. » Un sens donc très large pour les Gijinkas qui met au même niveau animaux et objets. 

Les personnages d’Hetalia, personnifications de pays, peuvent tout à fait être  considérés comme des Gijinkas.  Le terme « Gijinka » vient en fait du terme « Moé Ginjika »  ou des caractéristiques humaines et de préférence moé sont assignées à des choses non humaines.

On peut humaniser n’importe quoi donc, laisser libre court à son imagination. Les trains sont particulièrement apprécié au japon et donnent lieu eux aussi à des version humanisés de chacun par exemple.

 

 


 

Mais non, pas comme ça ! V_v; (Même si l'idée y est au final : La mise en scène semble donner une ame aux trains).

Les gijinkas donnent donc naissances bien évidemment à de nombreux pokemons humanisés :

 

pokemon.png

 

Apparences souvent prisées des cosplayeurs qui leur permettent de se déguiser en pokemon sans être un véritable animal.

 

Ou à toute chose imaginable : Tortues ninjas :

 

tortues-ninja.jpg

 

Ou de la nourriture, ici des pocky :

 

pocky.png

 

Fuck yeah Gijinka : Un tumblr bien rempli

C’est un champ d’expérimentation très vaste qui permet de très nombreuses variantes. Il y a quelques mois c’étaient des plateformes d’échange qui étaient personnifiés : 4chan accusait tumblr de « copier » son contenu et promettait de le détruire. Les dessinateurs ont transformée Tumblr en jeune femme nerdy et 4chan en men in black au visage vert et uni : C’était parti pour de nombreuses interprétations :

 

4chan-et-tumblr.jpg

 

tumblr-et-4-chan.png

 

Le tumblr dédié à Tumblr tan : Lien

Le principe de dessiner des plateformes de ce genre n’est d’ailleurs en lui même pas nouveau :

 

social-network.png

 

Le principe du gijinka a cela d’intéressant qu’il évoque directement la noosphere, le monde des idées : Les idées sont confrontés directement, et s’impose celle qui plaît au plus grand nombre. On ne sait jamais exactement par quel biais une représentation s’impose quelque part, mais cela se fait, tout naturellement.Il y a une séléction naturelle, comme avec les espèces dans la nature.

 

Lors de la gueguerre entre 4chan et tumblr, plusieurs tumblr tan différentes ont été dessinées, et s'est finalement imposée la représentation des images ci dessus. Mais elle a eut plusieurs concurrentes à affronter avant de s'imposer comme étant sa représentation par défaut. Il n'y a pas eut de vote, mais une simple séléction naturelle des gens choisissant d'adherer et de la dessiner ainsi ou pas.

 

vlc-tan-petit.png

Ma version de VLC-tan : Saura t’elle s’imposer sur la toile ?

Je me demande aussi quel sera le terme qui finira par s’imposer : Les Os tan sont elles vraiment vouées à disparaître ? Le principe est assez vieux et s’il perdure encore au japon, ici, il n’a pas vraiment fonctionné.


En tant qu’occidentale, l’idée de mettre au même niveau des animaux et des objets me gêne, et j’aurai tendance à effectuer une séparation entre les gijinkas qui sont des version humanisées d’animaux et de créatures dans des animés et des mangas, et des Os-tan pour les logiciels ou les appareils électroniques.

chuppa-chups.jpgBon d’accord, mais les représentations de nourriture, on en fait quoi alors ?

Le blog d’Exelen m’a appris qu’il existe même une convention dédiée aux gijinka même si celle ci semble avoir principalement été parasitée par du Hetalia.

En tant que dessinatrice, je considère la pratique du Gijinka à l’instars du gender bender qui consiste à dessiner un personnage dans un autre sexe : Un exercice de style qui contribue à l’appropriation de personnages et d’une œuvre.

kyubee.jpg

エデンの蛇 by Dhiea
 
Les animaux ont vite fait de se faire humaniser de cette manière. Les interprétations humaines de Kyubee sont actuellement très nombreuses et variées sur la toile.

Certaines n’hésitent pas à mixer Gijinka et Gender bender, s’appropriant totalement le personnage d’une œuvre et le faisant quasiment leur via moults fanarts et dojinshi.

madoka-gender-bender.png

Comme je sort tout juste du visionnage de Madoka, encore une exemple sur le sujet : Les héroines en garçon et Kyubee en humaine.

 

Au final, peu importe le terme employé, l'antropomorphisation de créatures, d'objets et de concepts à toujours existé et n'est pas prêt de s'éteindre, même si l'on peut concéder un prédominance de ce courant au japon. Ce que n'est pas pour me déplaire vu tous les superbes dessins que je peux découvrir grace à ça !

 

pudding.jpg

Publié dans manga

Commenter cet article

clovis simard 12/08/2011 18:15


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-4, THÉOREME DE L'ESPRIT-NOOSPHÈRE EN MATHS.

Cordialement

Clovis Simard


S. 03/06/2011 12:26


Merci pour cet article bien complet qui m'a appris bien des choses. Je ne m'étais jamais rendue compte de l'ampleur que ce phénomène pouvait prendre.Je connaissais surtout les Vocaloids de loin et
le concept d'Hetalia vaguement.
La fille Chupa Chups me séduit le plus mais Tumblr-tan est pas mal non plus je trouve.
VLC-tan est très charmante.^^


Kaorulabelle 16/05/2011 00:44


Oh j'en apprend des choses.
Du coup, on doit pouvoir considérer les femmes-pizza de chez Dominos Pizza comme des Giginka alors! (ça se prononce comment giginka d'ailleurs?)
Merci pour le moment culture
K.


JackPot 12/05/2011 15:05


Très intéressant cet article ! Moi non plus je ne connaissais pas le terme, ni les OS-tan ^^ En tout cas j'aime beaucoup les Gijinkas de nourriture, c'est trop mignon je trouve :) La miss CHupa
Chups est à croquer !


Plumy 30/04/2011 12:48


@Yami : Ca me fait trop plaisir quand on me dit qu'un post à fait apprendre quelque chose, huhu *w*... En ésperant te voir bientôt contaminée >D

@Acanthe : Oui, je comprend ton point de vue, et moi aussi j'aime beaucoup celles sur la nourriture