Silver Diamond

Publié le par Plumy

S_SilverDiamond_ChigusaRakan0.jpg

 

Les bonnes histoires de fantasy japonaise ne sont pas si fréquentes, et encore moins dans le créneau des beaux gosses. La plupart du temps, on a droit à des histoires de cul dans un monde vaguement heroic fantasy, sans que celui-ci ne soit réellement développé (A part dans Crimson Spell, mais lui, c’est encore une autre histoire).

Silver Diamond bien que classique, à développé  des concepts et des idées originales. Associé à ça, un bande de beaux gosses dans lequel on peut facilement trouver son chouchou, un humour régulier qui me fait bêtement rire en lisant mon manga, et une histoire globale bien ficelée et une touche de shonen ai font de Silver Diamond un de ces mangas que j’adore lire d’une traite, affalé dans mon canapé.

 

Petit apparté :

 

C'est un manga qui est classé en tant que shojo, de manière assez surprenante, puisque la couv m'évoquait plus un bon gros yaoi de derrière les fagots. Et au final, ni l'un ni l'autre, et si l'on doit lui donner un étiquette, ce sera celle de shonen-ai : On se dit des mots troublants, on se retrouve dans des situations ambigues, mais rien de plus. En lisant Silver Diamond, je me suis souvenue qu'au final, le plaisir que je trouvais dans le yaoi, c'était cette ambiguité et ces sous entendus bien plus que les histoires yaoi pures et dures ou l'on passe à l'acte dès la 5eme page. Et malheureusement, ce genre d'histoire à tendance à prendre le monopole ces derniers temps sur les étalages.En ésperant voir plus d'histoires comme celle de Silver Diamond s'imposer.

 

L’histoire commence donc autour de Rakan. Jeune homme simple et gentil, il est apprécié dans l’école pour son amabilité et son aura apaisante. Chaque matin, il distribue les fleurs qui poussent à foison dans son jardin, au point de l'envahir, raison pour laquelle il s'en débarasse proprement par ce biais.
Ce jour la, un événement particulier se passe alors : L’apparition dans son jardin d’un homme mystérieux venu de nul part. Qui, tout juste réveillé, cherche à l’agresser avec un étrange fusil qui à l’apparence d’une branche. Au contact de Rakan, la branche se met à pousser et l’inconnu de s’étonner qu’il est un sanomé. Un ayamé – sorte de monstre de l'autre monde – cherche alors à l’agresser, et se trouve mis à mal par les pouvoir combiné de Rakkan et Shigusa, le brun tenebreux de l'histoire.

 

S_SilverDiamond_ChigusaRakan.jpg

Chigusa et Rakkan.

 

C’est le début d’une intrigue mettant en scène de nombreux éléments : Un monde fantastique sans nom, ou le soleil et les plantes n’existent plus. Les sanomé, être particulier qui, avant, avaient le pouvoir de faire pousser les plantes. Les armes utilisées par Chigusa. Les bandages rouges qui entourent son corps. Le passé flou de Rakan qui semble étrangement lié à tous cela, lui qui est apparu avec sa mère dans le jardin de son grand père adoptif.

 

 


 
 Pour mettre en bouche, une vidéo AMV qui permet de se faire une idée du style graphique du manga. 


Et plus encore par la suite : Les lois particulières de la famille  de Shigeka, dans l’autre monde, ce prince si spécial qui a le même visage que Rakan et son compagnon / interprète Kinrei, les origines de Chigusa, la particularité des êtres ayant un numéro dans leur prénom… Tant de choses qui nous rendent curieux de savoir la suite et le fin mot de cette histoire, ainsi que de comprendre cet univers difficile et si différent du notre, qui semble géré par des règles sociales très particulières.

Dès le premier volume, l’intrusion de Chigusa est suivie par celle de Narushige et son serpent Koh, qui peut se transformer en épée. C’est un personnage à part entière, enjoué et bruyant, qui compense la relative austérité de son propriétaire. On se doute bien que par la suite, ils ne vont pas rester ensemble dans la maison de Rakkan, et chacun doit suivre sa route. D’autres personnages font leur apparition un par un, et les indices disséminés au début continuent de s’entrecroiser.

 

S_SilverDiamond_NarushigeShigeka-2.jpg

Les armes végétales sont un concept original qui, bien que née de l'aveu de l'auteur de "son incapacité à dessiner des vrais fusils", donne au final une touche très particulière à l'histoire.

 

Une des choses qui font que j’aime beaucoup Silver Diamond, c’est que les clichés proposés initialement sont développés de manière intéressante : Chigusa, le personnage type « brun ténébreux qui ne connaît plus les sentiments » est habituellement le genre de personnage que je déteste. Je les trouve même le plus souvent ridicule et fatigant. Mais pourtant, Chigusa passe très bien ! Il a du mal à s’exprimer, et ça le rend souvent très drôle. Il redécouvre réellement les sentiments, et ça le rend attachant. Etrangement, l’alchimie fonctionne. Il a aussi un coté niais qui compense.

Certains détails de son personnage comme sa "très bonne vue" sont aussi de très bonnes idées auquelles je n'aurais pas pensé et me font l'apprécier en tant que personnage.

Il en va de même pour le héros, dont la manière de se réfugier dans des réflexions ménagères « Hum, que vais-je faire à manger ce soir ? » Dès qu’il se retrouve face à une situation compliquée sont très drôles et le rendent vraiment sympathique. Il aurait put être un simple benêt, mais sa réelle attention à l’égard des autres, sa manière de penser de lui même à des petits détails, le rendent aussi très attachant.

Globalement, l’humour omniprésenttous les quiproquos du à la méconnaissance de notre monde pour Chigusa et Koh, les réactions de Rakan, les commentaires de l’auteur en bord de case qui se moque de ses personnages – à beaucoup contribué, pour ma part, à me faire apprécier cette histoire. Un manga ou je ne peux m'empêcher de sourire voir ricanner à voix haute est un bon manga !

 

S_SilverDiamond_NarushigeShigeka-1.jpg

 

Le dessin, même si un peu old school, est aussi joli et soigné. Dans un pur style « shojo », beaucoup de trames et peu de décor, mais cela ne nuit pas à la compréhension de l’histoire.

Au final, le seul petit défaut que je trouverais à Silver Diamond, c’est la relative superficialité de ses personnages. Je n’arrive pas à les sentir vivants et entiers dans ma tête, ils restent des personnages. Cela n’empêche pas de les apprécier et de les suivre avec grand plaisir, mais on est loin des personnages sur lesquels je pourrais fantasmer des heures durant ou inventer des histoires : Ils ne me donnent pas matière à ça.
Mais peut-être est-ce aussi moi qui suis moins sensible et moins réceptive avec le temps ?

En France, 12 volumes sont parus, tandis qu’au japon, la publication toujours en cours en affiche 22 volumes au compteur.

 

Silver_Diamond_v02__cover.jpg

En somme, Silver Diamond est un manga que je recommande à ceux qui aiment les histoires avec des beaux gosses aux relations un peu am bigues, les univers fantastiques et la petite touche écologique / amour de la nature et des plantes (J’aurai put dire celles, mais je suis sure qu’il existe quelques garçons qui peuvent aimer aussi.)

 

Lisez le 1er volume et faites vous votre avis !

Publié dans manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Natth 28/02/2011 00:00


Aaaaaah, c'est vrai que je n'avais pas fait attention à ton pseudo... Mais oui, je me souviens d'avoir lu les messages de Plumy sur TdJ. D'ailleurs, tes posts sont très bien, mais je ne pensais pas
que tu te souvenais de moi ^^;

J'espère aussi que l'on aura la chance de lire Koori en français. Le BL est un peu plus marqué, vu que le héros comprend dès le premier volume qu'il est amoureux de son copain à lunettes (qui ne
voit pas grand-chose lui, et pas qu'à cause de sa myopie XD). Cependant, il n'y a pas de scènes osées dans mon souvenir. Mais je n'ai pas pu lire la fin, donc je ne peux pas le garantir absolument.
En tout cas, il y a pas mal de sous-entendus, qui ne se limitent pas aux héros. L'histoire m'a paru plus cohérente, sans doute parce qu'on ne suit que ce "couple" au départ. Les nouveaux
personnages arrivent plus lentement.


Plumy 27/02/2011 21:59


@Simy : Aucune idée pour le shonen ai, c'est vrai que de base ce n'est pas sencé exister, mais au final ce mot est bien parlant pour décrire une certaine limite je trouve.

@ Oh, un commentaire de Natth *_*; Ca fait bizarre parce que depuis plusieurs années je te croise un peu partout sans jamais réellement te parler directement - des posts sur des forums, entre autre
tour de jeu, etc - et j'aime toujours beaucoup tes propos et ta manière de t'exprimer, donc je suis très contente d'avoir un commentaire de ta part ici (et tant pis si j'ai l'air niaise en disant
ça).

Merci pour la précision sur la classification, je comprend mieux du coup. J'ai entendu parler de son autre œuvre et elle a aussi l'air drôlement bien ! Avec un peu de chance, la vente de silver
diamond ouvrira la porte à cette œuvre antérieure de sa part ?
Je ne suis pas encore allée très loin dans la lecture (J'avais une pile de 6 volumes, j'ai commencé à lire, arrivée au 4eme le 4eme était manquant. La j'ai ragé. Puis j'ai vidé mon envie de lire la
suite dans cette article XD;; )mais ça ne m'étonne pas, de ce que j'ai put feuilleter et lire, c'est inhérent au style on va dire.

Tant que les perso restent sympa à suivre, ça me va !

@Tata : Roh, ça t'empêche pas d'écrire ton propre article sur le sujet ! (Enfin, je dis ça mais je comprend très bien, y'a plusieurs trucs dont je voulais parlé qui ont été traités par des gens que
je lis, et du coup, je me dit "ah quoi bon écrire à ce sujet, X à déjà dit l'essentiel" et ait aussi peur de copier l'article sans le faire exprès v___v;;;; )
On a le même avis sur les perso alors, top la, je me sent moins seule ;b

(Et du coup je découvre ton blog, hehe ^^ )


Tata 27/02/2011 13:32


Ah, Silver diamond... Je comptais en faire un article quand il serait fini ^^ Tant pis, cet article est très bien déjà :p Et je suis contente de n'être pas la seule qui a l'impression d'avoir
affaire à un manga sympa, mais au final pas très attachant (et c'est bien dommage...).

Bon, sinon au sujet de la classification, c'est juste qu'à la base le yaoi/BL est du shojo. Et pour Koori, ben c'est du shonen-ai aussi, et ça ressemble vachement à ce qu'on a là dans Silver
Diamond :D J'ai l'impression qu'on peut les retrouver si on change de continent.


Natth 26/02/2011 18:30


C'est l'auteur de Silver Diamond qui a demandé à ce que son manga soit classé en shôjo. Apparemment, il paraît dans un mag (au Japon) contenant du shôjo et du BL. J'aimerais aussi voir plus de
shôjo de ce genre, plutôt que les guimauves lycéennes habituelles. Malheureusement, le shôjo fantasy/fantastique se vend mal en France, mais je pense que le côté BL de Silver Diamond l'a aidé à
trouver son public. J'espère que cela nous permettra d'avoir Koori no Mamono no Monogatori (terminée en 24 volumes), la précédente série de l'auteur, où l'on retrouve les ingrédients de SD, à
savoir la fantasy et les sous-entendus BL entre bishônens ^^

J'ai bien aimé cette série dès le premier volume. Il n'y a guère que le premier chapitre que j'ai trouvé mou du genou. Dès l'arrivée de Chigusa, les choses évoluent rapidement... Et je ne me suis
toujours pas remise du sort du malheureux réveil XD. L'intrigue me plait aussi, même si je trouve qu'elle n'avance pas très vite. Pour moi, la multiplicité des personnages est un avantage, mais je
trouve aussi qu'ils manquent un peu de profondeur par moments. Cela vient peut-être du fait qu'ils soient nombreux et qu'il y a plusieurs groupes à suivre en même temps.


Simy 26/02/2011 14:57


Une amie à moi me l'avait déjà conseiller et j'avais décider de bouquiner un peu le premier tome à la Fnac. Avant même que je m'en rende compte, j'en étais au 6 et j'avais franchement pas envie de
lacher.

Je suis complètement d'accord avec toi pour le "genre" (même si officiellement, le shonen-ai n'existe pas =P). On manque vraiment beaucoup de ce genre de relation, à croire que le BL a
obligatoirement une omniprésence de pr0n.

J'ai hâte de lire la suite et de pouvoir me les acheter !!