Shimamoto Kazuhiko - Le mangaka Nekketsu

Publié le par Plumy

 item_22_2.jpg

 

 

Le nekketsu est un terme qui signifie littéralement "sang bouillant" et qui désigne un canevas scénaristique commun à de nombreux shonen manga. Le Nekketsu, cette envie brulante de gagner, permet au héros de se relever encore et encore. Le 1er exemple de Nekketsu qui me vient à l'esprit est bien évidemment Saint Seiya, et puis ensuite, je pense à Gurren Lagann. Mais le Nekketsu, pour moi c'est en fait LE mot qui permet de définir la série de manga de Shimamoto Kazuhiko ( 島本和彦 ), le saga Moeyo Pen.

 

J'ai déjà parlé de ce mangaka dans un article consacré au personnage Meito Anisawa , dont il est le designer (Ainsi que des autres personnages de Anime Tenchou, une OAV réalisées en 2002 par Gainax). Il a également travaillé, entre autres, sur le jeu Honoo no Takuhaibin sur Ps2, a été le chara designer de Domon Kasshu dans G Gundam et à d'ailleurs dessiné le manga Mobile Fighter G Gundam et encore beaucoup d'autres choses que je ne vais pas lister. Sa page wikipedia montre une liste impressionnante de travaux réalisés par cet auteur, mais hélas fort peut ont percés jusqu'à nous, que ce soit en édition légale ou en scantrad. Si cet auteur à l'air assez populaire au japon, ce n'est pas le cas chez nous. Le profil manga news de l'auteur repertorie quelques titres  et permet d’accéder à des courts résumés en français de ces mangas.

 

me0000661993-2.jpg

    Honou no Takuhaibin (PS2, Fire Delivery Service)

 

Je m’intéresserais donc principalement à la sage Moeyo pen, qui a commencé sous la forme d'une histoire en un volume (Moeyo Pen), et qui a été continué à travers 2 séries : Hoero Pen et Shin Hoero Pen. Hoero Pen a vu ses 2 premiers volumes édités en france par feu les éditions Muteki, sous le titre La plume de feu, et c'est ainsi que j'ai découvert cet auteur. Cumulé, c'est en tout 24 volumes de manga tournant autour du personnage Moyuru Honô. Le nom du personnage signifie littéralement " Flammes brûlantes".

 

Note : On peut également mentionnée Aoi Honoo qui est un one shot basé sur les années d'études de l'auteur à l'univers des art d'Osaka. Comme ses autres œuvres, le manga est décrit comme étant "une pure fiction", mais y apparaissent néanmoins des personnalités du monde du manga et de l'animation tel que le directeur d'animation Hideaki Anno et les mangaka Rumiko Takahashi et Mitsuru Adachi. Ce dernier fait d'ailleurs une apparition dans Moeyo pen, ce qui laisse bien penser que les mangakas se connaissent et sont amis.

 

Moeyo Pen, c'est donc l'histoire d'un mangaka et de son boulot. Quand on parle de "manga sur les monde du manga et des mangakas", on pense automatiquement à Bakuman aujourd'hui. Sauf qu'on est bien loin de Bakuman avec ce titre complètement déjanté et excessif, drôle et passionné. La manière dont sont traitées les situations sont excessives, les situations elles même virent toujours dans l'excessif. Porté par un trait assez oldie qui fleure bon les années 1970 et des rendus graphiques qui le sont tout autant (énormément de lignes de vitesse, bulles explosées faites au pinceau) le mangaka semble jouer sa vie à chaque instant. C'est d'ailleurs ainsi que commence le manga : "Ici, jour et nuit, un mangaka passionné s'acharne à dessiner au peril de sa vie !"

 


 

Pour le plaisir, je remet cet extrait de Lucky Star avec l'intervention de Meito Anisawa. Et aussi parce qu'il représente très bien l'excessivité dont fait preuve ce manga : C'est toujours dans ce genre la. J'imagine que c'est à prendre au second degrès, mais quand je lis, et bien... Je suis réellement à fond dedans, ah ah. Les situations ont beau êtres les plus loufoques possibles (Le mangaka pris comme cible par une tueuse à gage qui déteste les Pikarimon et qui croit qu'il en est le createur alors qu'il en est juste le mangaka de la version papier, l'équipe prise en otage dans un bar et qui doit dessiner son manga à la dernière minute couchés par terre sur le ventre...) je ne peux m'empêcher d'être emballée par la motivation à dessiner le meilleur manga possible qui anime le héros.

 

Certains épisodes abordent le thème de la création de manga lui même et sont quelque part plus "sérieux" même s'ils ont toujours ce traitement excessif, comme par exemple le dernier épisode du volume 1, dans lequel le mangaka voit son manuscrit refusé, et se resoud à écouter les idées que les autres lui donnent pour créer son histoire, avant de renaitre de ses cendres et refaire son histoire à sa façon, avec énergie et volonté, réussissant finalement à convaincre son éditeur par la force de son manuscrit. Dans un épisode, le mangaka s’éprend d'une idole dont il achète de nombreux livres de photo, dont il s'inspire pour créer un personnage. Cet épisode fait écho à une recommandation d'Akira Toryama dans l'apprenti mangaka, ou il conseille de s'inspirer d'idole existante ou d'acteur dont on peut avoir facilement des photos pour créer des personnages originaux. Même si au final le personnage sera très éloigné de ce qui l'a inspiré, ce n'est pas très grave ! Dans les vacances de Jesus&Boudha, l'auteur fait souvent des blagues sur le fait que Jesus ressemble à Johnny Deep, ce qui laisse penser qu'elle se serait inspirée de lui pour créer son personnage.

 

r049.jpg

 

J’apprécie également beaucoup la dimension "otaku" de ce titre, notamment à travers Daitetsu, l'un des assistants qui est un pur otaku et n'arrive à penser que de cette manière. Il fait souvent des références à de vieilles séries - mais en même temps, être mangaka, c'est être fan de manga en tout premier lieu, et donc otaku non ? - et, dans un épisode, essaye de dessiner le portrait des gens mais n'arrive qu'à les dessiner... en version mecha !

 

En peu de mots, Moeyo pen c'est une série brûlante de passion et pleine d'humour, une lecture à 2 niveaux, un truc que j'adore, et aussi un truc quasi introuvable : Vous n'avez à votre disposition que les 2 premiers volumes de Hoero Pen aux éditions Muteki (désormais disparues, donc uniquement sur le marché de l'occasion ) et le one shot Moeyo pen en scantrad. Malgré l'abondance de ses œuvres, je n'ai rien trouvé d'autre. Même si une certaine frustration vous attend, ce serait dommage de passer à coté de ce petit bijou, alors, n'hésitez pas à y jeter un œil.

 

333062711.jpg

 

Pardon pour l'aspect morcelé de l'article à partir d'ici, mais j'ai essayé de réunir le maximum d'info sur cet auteur à partir de sources un peu disparates, et je n'avais pas vraiment de moyen de les lier entre elles. D'ailleurs, si un fan du monsieur passe dans le coin et a des infos qui me manque, je suis toute ouie. 

 

Shimamoto Kazuhiko dessine des dojinishi sous le pseudonyme Urashimamoto, comme par exemple du dojinshi Heartcatch Precure suite à un certain épisode ou un personne lui est apparement dédicacé (?) Source : L'antre de la fangirl, Shima Cure. 

 

IxvTrQptXg4v7iceigYoVGvpo1_400.jpg

 

Tiens, l’excellent mangaka Kazuhiko Shimamoto a aussi participé à la suite deRival Schools, Moero! Justice Gakuen. Outre cette illustration de magazine (source), il a créé pour Capcom le personnage du milieu, Hayato Nekketsu, le très charismatique prof de sport.

Une brique de plus pour sa légende.

 

Source : Extend Play

 

 



Honō no Tenkōsei (炎の転校生?, lit. "Blazing Transfer Student") est un manga qui a été sérialisé dans le Weekly Shōnen Sunday de 1983 à 1985. Il a été adapté en 2 OAV en 1991 par Gainax (Décidément, Gainax et Shimamoto Kazuhiko ont l'air de bien s'entendre). Le héros est transféré dans une école ou les conflits ont le droit d'être résolu aux poings ou par des épreuves de sports. On retrouve dans ces OAV l'humour complètement déjanté et excessif que l'on peut trouver dans Moeyo Pen, même si je trouve que ces OAV sont clairement parodiques du style Nekketsu la ou Moeyo Pen s'approprie le genre avec une certaine conviction.

 

OAV 1 : Part 1 - Part 2 - Part 3

OAV 2 : Part 1 - Part 2 - Part 2

 

 

Le blog de Shimamoto Kazuhiko : http://yaplog.jp/simakazu/

Le twitter de Shimamoto Kazuhiko : https://twitter.com/#!/simakazu

Le site visiblement officiel qui vend les dojins (et les manga ?) de l'auteur : http://urashimamoto.cart.fc2.com/

Publié dans manga

Commenter cet article

kyo 10/04/2012 11:25

Ah la plume de feu ! Alors je ne suis pas la seule personne à avoir acheté ce manga en france ? XD

Sinon dans les oeuvres relatives à Shimamoto (même si je sais pas si l'auteur lui même est impliqué), il y a le projet "anime tenchou x touhou" qui a été annoncé il y a en gros un an et demi. Un
trailer est sorti un peu plus tard et depuis plus rien :(

En plus c'est fait par ufotable qui font toujours des trucs vachement bien graphiquent

(le trailer : http://www.youtube.com/watch?v=j9rxpzqHujc )

Sirius 09/04/2012 10:58

Merci d'avoir fait découvrir cet auteur. Ça c'est du tout grand mangaka dont le style rappelle furieusement Go Nagai. Du vrai brûlant de passion quoi. Je me suis payé de belles tranches de fou rire
en lisant Moeyo Pen, qui donne une image certes sublimée du mangaka mais bien plus aguicheuses que dans Bakuman.

Plumy 09/04/2012 11:59



Je l'ai souvent vu comparé à Go Nagai dans mes recherches, mais je n'en ait pas parlé parce que... Je ne connais pas du tout cet auteur au final ! Et je me dis que je ferais bien de m'y pencher
parce que ça peut potentiellement me plaire...


Image sublimée mais mentalement c'est ce qu'on ressent quand on se met au boulot avec furie ! 8D



Gemini 08/04/2012 23:03

Un des auteurs que je voudrais le plus lire. A quand une édition sérieuse de ses manga en France !!!????
Je suis déjà fan de Anizawa Meito, et j'ai vu les OAV de Honoo no Tenkousei produite par Gainax, mais c'est trop court !!!!!!!!! trop frustrant !!!!!!!!

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Plumy 08/04/2012 23:10



Oh, un autre fan ! T___T ( Oui je l'avoue, ce post était aussi une bouteille à la mer pour voir les autres potentiels fan du monsieur)


Et oui ce gars c'est que de la frustration, il a l'air d'avoir la cote au japon mais ici... Le pire c'est qu'il n'y à rien pour me donner espoir d'une édition de ses mangas en france =/Je sais
pas si ses autres volumes se seraient vendu si les éditions Muteki avaient continué à exister... Bah, pleurons ensemble T_T