[Manga] La petite amie de Minami

Publié le par Plumy

petite-amie-de-minami-imho.jpg

 

C'est complètement par hasard que j'ai mis la main sur ce one shot, posé en rayon avec les autres nouveautés. La couverture atypique m'interpellant suffisamment pour que je le feuillète, j'ai découvert un dessin rushé et jeté assez vieillot (Le titre date des années 1985/87) qui trouve grâce à mes yeux, et un synopsis assez particulier. Après hésitation, je l'ai embarqué, en ésperant ne pas être déçue. Au final, l'histoire a tenue ses promesse, et même si la conclusion est un peu bancale, j'ai passé un très bon moment en lisant ce manga.

L'histoire est donc celle de Minami, un adolescent comme les autres, dont Chiyomi, la petite amie s'est retrouvée miniaturisée du jour au lendemain. Elle n'a pas voulu rentrer chez elle, préférant rester avec Minami, et celui-ci s'occupe donc d'elle depuis ce jour. L'histoire n'est pas de savoir pourquoi elle s'est retrouvée ainsi, ou comment elle va revenir à son état normal, tout cela, on s'en fiche : Cela n'est que prétexte à développer les sentiments et les actions des deux adolescents face à cette situation.

Minami est un adolescent on ne peut plus normal, mais il assume pourtant cette soudaine responsabilité avec un sérieux touchant. Que Chiyomi soit rétrécie pose de nouveaux problèmes à chaque nouvelle situation qui se présente. Pour ses habits, il utilise des vêtements de poupée qu'il modifie, pour la nourriture, il lui crée toute une dinette, mais il faut aussi penser à ses besoins naturels, à la protéger des coups, à la cacher, et tant d'autres choses. Et évidemment, existe aussi la frustration bien compréhensible. Avant, ils avaient une relation, mentale mais aussi physique. Désormais, il peut la tenir dans sa main et la vie est totalement différente. Elle est une "personne à charge", il doit tout faire en pensant à ses particularités, tandis que lui de son coté ne peut plus vivre une relation "normale" et se sent frustré, encore plus lorsqu'une fille de l'école vient l'aguicher innocemment.

 

Difficile de ne pas faire le parrallèle avec le handicap au sens large, tant tout ce à quoi les deux adolescents se retrouvent confrontés résonnent avec les problématiques liées au handicap soudain d'une personne proche qui se retrouve à charge de l'autre : Elle est toujours la même, mais plus rien n'est comme avant, elle est un poids qu'il doit protéger et entretenir, et parfois il n'arrive plus à se souvenir de ce que c'était "avant", avant qu'il ne soit celui qui s'occupe d'elle comme d'un enfant. C'est d'ailleurs le 2eme parrallèle qui peut se faire, celui sur le thème de la contrainte de gérer un enfant, qui est d'ailleurs le thème évoqué par l'auteur dans le postface. Bien que pour ma part, les sentiments ambigus que Minami ressent pour sa petite amie, oscillant entre désir et agacement, sont bien plus représentatifs du handicap.

minami-pipi-555x780.jpg

Toujours sur ce fil, leur relation tend à se dégrader un peu : Chiyomi demande toujours les choses pour les obtenir puisqu'elle ne peut rien faire seule, ce qui se conclue sur des paroles dures de la part de Minami qui lui aussi, souffre de la situation. Mais qui est le plus à plaindre des deux, au final ? Dans un couple, le handicap de l'autre est une souffrance des deux. C'est de réussir à concilier relation entre deux êtres humains et maternage qui permettent au couple de tenir et de ne pas tomber dans une étrange relation à sens unique "mère / enfant". Souvent malgré elle, Chiyomi se retrouve confiné au rôle "d'enfant" par rapport à son petit ami, pas à cause de sa taille, mais à cause de son incapacité à s'occuper d'elle même et de lui aussi. Certaines répliques de Minami sont très révélatrices de cet état de fait : "En apparence, je suis un lycéen... Mais ces derniers temps, je ressemble à un vieux fatigué de tout... Toi, c'est comme si tu avais gagné le droit de rester enfant toute ta vie". Des paroles dures, qui font écho à la souffrance qu'il ressent de devoir soigner et protéger Chiyomi alors que rien ne l'avait prévu à cela, et que son ancienne présence lui manque.

Il existe également une dimension un peu coquine au concept, cette minuscule femme à disposition d'un jeune homme. Mais cette face la de l'histoire est à peine exploitée, et plutôt suggérée en quelques lignes de dialogues, alors que Minami souffre de frustrations on ne peut plus normale vu la situation. Je pensais que ce penchant la de l'histoire serait un peu plus utilisé, mais peut-être cela aurait il changé la tonalité globalement très douce de cette histoire. La fin de l'histoire est un peu décevante, une sorte de "non fin" qui permet juste d'arrêter l'histoire. Mais comme je le disais plus haut, s'il y a bien une chose difficile en matière de scenario, c'est de conclure une histoire, une idée, et encore plus dans le cas d'une histoire aussi particulière que celle ci, qui repose totalement sur les sentiments des personnages face à une situation donnée.

La petite amie de Minami est un titre original, doux, qui effleure bon nombre de questions auxquelles il nous laisse ensuite réfléchir par nous même. Un très joli choix de la part des éditions Imho, et j'espère découvrir d'autres petites perles par leur biais.

Publié dans manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Concombre Masqué 28/11/2011 00:49

Merci de confirmer que ça vaut le coup. Moi aussi, trouvé un peu par hasard à la Fnac, moi aussi la première pensée m'étant venue à l'esprit était un peu crapuleuse, le dessin à l'air surmontable.
J'y penserais la prochaine fois, Cool article ^^

Plumy 20/12/2011 22:16



Merci beaucoup, ça me fait plaisir que tu soit passé ici >_

Edward 26/11/2011 23:02

comme d'hab, j'ai pas de feeling immédiat avec le graphisme, mais le thème est très intéressant et a l'air en effet bien traité.