C'est un oiseau - Le mythe de Superman

Publié le par Plumy

cestunoiseau.jpg

 

« Ceci est un album sur Superman. Mais vous n'y verrez pas Superman ». Cette phrase lue à plusieurs reprises résume parfaitement ce comics.

« C’est un oiseau » date de 2004, et je n’en aurais certainement pas entendu parler sans la pub au dos d’un comics acheté en kiosque il y a quelques jours. Plutôt que de comics, il faudrait peut-être parler de « graphic novel », si l’on s’en tiens à l’échelle de valeur souvent utilisée classant toute bd américaine un peu profonde en tant que « graphic novel ». Le terme fait plus sérieux peut-être ? Mais personnellement, j’aurai plutôt tendance à classer des œuvres comme Sin City ou The Sandman – les chasseurs de rêves comme des graphiques novel, aka des œuvres melants textes et illustrations omniprésentes.
Car dans le cas de « C’est un oiseau », il s’agit bien d’une bande dessinée, écrite par Steven S. Seagle et dessinée par Teddy Kristiansen.

Graphiquement déjà, cet album est magnifique. Le format est celui d’un dos carré collé pour un bel album de 136 pages. Il n’y a pas de pages blanches. Dès l’ouverture, vous avez le droit à un dessin du personnage principal, suivi d’un autre en double page tellement stylé que je ne résiste pas à l’envie de le partager :

P1040407.JPG



En feuilletant, c’est beau. Le synopsis est lui aussi alléchant. Une réflexion sur le mythe de superman… Voilà quelque chose qui me parle. Ca ne fait pas plus d’un an que je lis des comics, et s’il m’arrive d’adhérer sans réserve au principe, il est des supers héros qui ne trouvent pas écho chez moi. Superman en fait parti. Il est invincible, il est ridicule avec son costume bariolé, il ne me plaît pas. Ca tombe bien, c’est le même avis qui habite les pensées du héros de ce comics, Steve. Mais la différence entre Steve et moi, c’est que lui, il est scénariste de bd, et on vient de le lui confier, superman. Alors, il va bien falloir trouver quelque chose à raconter sur lui.

Le problème, c’est que Superman, ça lui rappelle la lecture d’un comics, dans une salle d’attente d’un hôpital, alors qu’il était gamin. Et que plus qu’un souvenir, tout cela est lié à une maladie héréditaire dont l’ombre traîne encore aujourd’hui parmi les membres de sa famille, dont lui.

C’est donc 2 histoire intimement mêlées qui se déroulent dans ce comics : Celle d’un homme confronté à ses soucis personnels, familials, à ses fantômes, et celle du scénariste qui cherche en vain à trouver quelque chose à exploiter dans ce personnage trop parfait qui ne trouve aucun écho en lui, surtout en cette période de sa vie ou, même s’il existait, superman ne pourrait rien faire pour le sauver.

 

P1040408.JPG

 

Tout au long de l’histoire, Steve chercher donc des choses à exploiter au sujet de superman. Cela donne à plusieurs reprises des ébauches de concepts ou de scénario en 3 planches, dessinées à chaque fois dans un style graphique et narratif différent. Parfois comique, comme le délire de Steve du le cryptonite, ou parfois sérieux. Petit à petit, alors que dans sa vie, certaines choses se dénouent et évoluent, les ressentis de Steve à propos de Superman vont faire de même. Des réflexions naissent, des phrases qui restent et qui font réfléchir. Finalement, c’est quoi superman ? Un sauveur, un étranger, un surhomme ? Qu’est-ce qui fait de quelqu’un un surhomme ? A quel moment les actes que nous accomplissons sont suffisamment héroïques pour être considérés comme tels ? Steve va trouver des morceaux de réponses, des pistes. Qui nous font réfléchir nous aussi, tandis que nous suivont, en parallèle, le récit de sa vie et de ses choix.

D'un point de vue personnel, j'ai beaucoup accroché au personnage de Steve, qui réfléchi beaucoup, peut-être même trop, et garde en lui beaucoup de choses qu'il ne parvient pas à exprimer. Il a sur la vie et ce qui l'entoure un regard cynique et un peu désabusé qui m'a beaucoup plut. Le genre de personnage principal auquel j'accroche, tout simplement.

« C’est un oiseau » est une œuvre comme je les aime, une œuvre qui se tiens de bout en bout, qui forme un tout compact et cohérent, dont on apprécié chaque passage, dont on a parfois peur de tourner les pages et d’apprendre ce qui va arriver ensuite, et que, lorsque l’on en arrive à la fin, on referme avec une mine songeuse et l’envie de le relire bientôt.

Un œuvre d’autant plus agréable qu’elle peut être lue par de nombreuses personnes, qu’elles aiment ou pas superman, qu’elles aiment ou pas la bd peut-être même. Parfois un peu expérimentale, mais dans l’ensemble très accessible, du moins à mon sens. Bref, une œuvre que j’ai adoré et que je conseille chaudement.

 

Editeur : Panini comics
Dépot Légal : 09/2010
ISBN : 978-2-8094-1406-6
Nb Pages : 136

Publié dans comics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nao 09/11/2010 20:58


Diantre, c'est que tu m'aurais donné envie de lire ce comics.
C'est malin >:T